L'Aventure Culturelle et Sportive & Eiffage Sénégal

Visite des Cercles Mégalithiques de Sénégambie

 

 

 

 

 

 

Expédition du 22 au 24 mars 2021

Graziano TEVERE

03/05/2021

Visite de reconnaissance des Cercles Mégalithiques de Sénégambie

Sous le patronage du Musée des Civilisations Noires représenté par le

Dr Aimé Kantoussan, archéologue, directeur de Recherches

Du Ministère de la Culture et du Tourisme de Gambie, représenté par

Dr Hassoum Ceesay superviseur du Musée national de la Gambie

 

Faisaient partie de l'expédition :

 

Graziano Tevere, coordonnateur président de L'A.C.S.-SAS

Jean Guy Auriault et Soukeyna Ouédraogo, de L'A.C.S.-SAS

Serge Fleury, géobiologue

Aurélie Barruel, directrice du GMCKS Pranic Healing

 

Avec le soutien de l'entreprise Eiffage Sénégal. PDG Gérard Senac

Les textes en italique sont extraits du document Les Cercles Mégalithiques de Sénégambie

Nomination transfrontalière en série de quatre sites de cercles de mégalithes (deux au Sénégal, deux en Gambie) pour inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO

1.jpg

Introduction

Le complexe sénégambien des cercles mégalithiques s'étend des rives nord du fleuve Gambie jusqu’au fleuve Saloum du Sénégal.

2.jpg

 

Les cercles de pierre font partie d'un ensemble important de sites incluant diverses formes d’amas funéraires, de cercles isolés ou groupés qui représenteraient tous des cimetières. Les cercles semblent être une innovation locale et constituent une petite partie d'un plus grand complexe fait majoritairement de monticules d'enterrement. Ces monticules s'étendent des plateaux rocheux mauritaniens jusqu’au Sénégal, en Gambie et au Mali.

3.jpg

Site de Sine Ngayene : image datant des années 50 du 20ème siècle.

Sites visités : Wanar, Sine de Ngayene, Wassu, Ker Batch, Sare Sadio

4.jpg
5.jpg

L’équipe au complet, prête pour l’aventure.

Jean Guy - Aimé - Soukeyna - Aurélie - Graziano – Serge

6.jpg

Comme un signe : un parcours spirituel se dessine sur notre chemin

Mosquée de Toubassaloum

Site de Wanar

7.jpg

1èr site visité

8.jpg
Ce site est constitué de vingt-un cercles mégalithiques assez groupés, dont un double. Il est régulièrement nettoyé par la population locale.
9.jpg

C’est un très bel ensemble de monuments différents où sont dénombrés neuf « pierres-lyres » dont trois sur une même ligne frontale d’un cercle mégalithique, ce qui paraît exceptionnel. Plusieurs sont cassées et mériteraient une restauration. 

10.jpg

Serge, le géobiologue.

Il détecte les champs d'énergie

11.jpg

C'est une pierre "bouton"

Un site où on risquerait de vite perdre pied donc...

12.jpg

Aimé, Aurélie et Soukeyna.

Dès notre arrivée sur les sites, les enfants sont les premiers à venir à notre rencontre.

13.jpg

L'arbre "mange pierre".

14.jpg
15.jpg

Du point de vue du géobiologue.

 

Les mégalithes ont toujours impressionné les peuples. Ceux-ci les ont toujours respectés et laissés en place.

16.jpg

Certains mégalithes furent utilisés comme sépulture. Il est évident que cela a probablement aidé à la conservation des sites.

17.jpg

Les mégalithes sont placés sur des courants telluriques.

18.jpg

Le principe de fonctionnement c'est le croisement de l'eau (yin) et du feu (yang).

Découverte de pointe des flèches  enterrées à coté des squelettes, ainsi que de parures (pan-de-loque) en or.

19.jpg

Au sein de la terre, on peut remarquer que les circuits hydrauliques (source) et électromagnétiques vont également de pair, le premier étant yin le second yang.

20.jpg

Là où le croisement des deux forces de la nature s'est manifesté, les hommes de l'époque en ont fait des hauts lieux sacrés.

Les mégalithes de la zone Sénégambie ont été placés sur des endroits présentant la même configuration électromagnétique.

21.jpg

Le site de Wanar, après l'étude de la poterie révèle un mélange de savoir faire entre les sites de Sine Ngayene Wanar et Kodiam (qui n'a pas fait l'objet de cette visite), par exemple, l'utilisation des tiges de mil ou mais comme support à la fabrication de la poterie.

22.jpg
23.jpg
24.jpg

Sine Ngayène est le plus grand site mégalithique de Sénégambie. Il comporte 52 cercles mégalithiques, dont un double, qui regroupent 1102 pierres dressées.

26.jpg

Il est classé au patrimoine national. Beaucoup de pierres sont renversées et cassées et mériteraient une restauration précédée d’une fouille ponctuelle qui permettrait de situer exactement la position primitive des pierres

27.jpg

A un peu plus de 1 km à l’est du site, sur la piste qui conduit à Tiékène, se trouve une carrière d’où proviennent les monolithes et non loin de là un grand polissoir fixe avec près de 150 rainures et cuvettes reconnues.

28.jpg

Deux autres cercles de pierres dressées et deux tumuli ont été fouillés par une équipe sénégalo-américaine sous la conduite de Augustin Holl et Hamady Bocoum

Par rapport au double cercle de Syne Ngayene nous pensons que c'est une grande personnalité et qui a été enterrée là-bas. Pourquoi je le dis, nous avons découvert beaucoup de matériel qui révèle vraiment de la richesse et ensuite il n'y a que lui seul qu'on a enterré dans ce cercle, dans les autres cercles il a y a beaucoup de personnes qu'on a enterre ensemble. Nous avons découvert sur son tibia droit un bracelet en cuivre qu'avec le temps est devenu vert, on a aussi trouvé des objets en or et des perles, c'était donc un grand dignitaire.

Après la frontière nous avons été accueillis par la délégation gambienne, dont faisaient partie son Excellence Hamat Bah, ministre gambien du Tourisme et Mr Hassoum Ceesay, superviseur du Musée national de Gambie

Un accueil fédérateur à l’image du projet qu’il annonce.

Halte du soir à Kairoh Garden près du fleuve Gambie

Nous prenons des forces après une bonne nuit réparatrice : nous nourrissons nos corps physiques avant de nourrir nos corps énergétiques

Les deux rives : le fleuve Gambie qui soude deux peuples

En route vers Wassu

Le site des cercles mégalithiques de Wassu est entouré de terres agricoles, surplombé à l’est par une colline latéritique se trouvant à environ 200 m des mégalithes

Pierre dont le toucher est régénérateur

Le site comporte 11 cercles, agencés sur deux rangées, et une ligne de pierres frontales

Rencontre avec l'équipe préposée à l'accueil des visiteurs

Les guides, Ibrahima, Habsa et leurs collègues récemment formés, arborant fièrement les T-Shirt du site..

Serge identifie une cheminée cosmo tellurique.

Endroit où les énergies de la terre et du ciel émettent à tour de rôle.

Site favorable au rééquilibrage énergétique et spirituel et lieu de guérison

Les dernières fouilles remontent à l’expédition Anglo-gambienne de 1964-65

Ces fouilles ont mis en évidence un squelette au centre d'un des cercles, accompagné d'un bracelet de cuivre et de deux fers de lance

Des petites pierres posées sur les mégalithes.

Une pierre = une prière

Un de ces bâtiments contient un musée avec une exposition consacrée aux cercles mégalithiques

Agrémentée d’objets, de textes, de maquettes, de photos et de diagrammes, l'exposition examine le phénomène mégalithique dans le monde et retrace celui de Gambie en particulier.

Lors des danses traditionnelles, nous avons partagé un moment de pure joie. Quelle énergie !

Conseil de sages, réunis pour l'occasion

M. Hassoum CISSE, Overseeing Curator Gambia National Museum, National Centre for Arts and Culture, Republic of The Gambia, répond aux remerciements.

Nous prenons la parole pour remercier les autorités, le gouverneur, le conseil des sages et notre sponsor

Sur la colline proche se trouve le site ayant servi de carrière.

On fraternise.

Une dernière photo avant de quitter le site

Le site comprend neuf cercles, y compris un cercle double. Un des cercles renferme un groupement de quatre pierres allongées et un autre présente une double rangée frontale de pierres dressées

Ce site possède également la seule pierre bifide trouvée en Gambie. Le site a été fouillé par l'expédition Anglo-Gambienne de 1965, qui a également réparé la pierre bifide qui était en morceau

Le site de Keur Batch en Gambie est magnétiquement actif

Il agit sur les populations environnantes. Il serait intéressant d’effectuer une étude géo-biologique plus poussée afin d'avoir plus de précisions sur les fonctions électromagnétiques de ces lieux importantes

Quant aux réseaux telluriques (électromagnétiques), la terre étant un être vivant on peut comparer les réseaux électromagnétiques au système nerveux.

Ces réseaux vont nord-sud, est-ouest et en diagonale, formant un filet d'ondes électromagnétiques.

Quand un réseau électromagnétique croise un réseau hydraulique (source), ils sont à l'origine d'une activation moléculaire positive ou négative pour les êtres vivants.

C'est ainsi que dans les laboratoires d'expériences électromagnétiques, il fut constaté que l'exposition modérée à l'influence d'un aimant de 400 gauss réorienterait favorablement la polarité des molécules vivantes, ce qui favoriserait la santé

Certains mégalithes sont capables de guérison car ils ont été placés sur un croisement électromagnétique et hydraulique dont les ondes sont guérisseuses.

Tous les mégalithes fonctionnent avec ces réseaux, mais pas forcément pour les mêmes fonctions : énergie positive, négative, thérapeutique et spirituelle.

Les locaux récemment édifiés à Ker Batch, serviront aussi de salle d'exposition.

Site de Sare Sadio

Limité la plus orientale du Mégalithisme

Site de Sare Sadio

Village de Sare Sadio

Pierre bouton renversée

Pierre frontale en référence au disque solaire

Ont participé à cette aventure :

Mot de Gérard Sénac

Cela a été un énorme plaisir pour nous de participer à cette belle aventure qui nous a permis de connaitre davantage la richesse culturelle et patrimoniale située entre le Sénégal et la Gambie.

Les cercles mégalithiques de Sénégambie sont une ressource transfrontalière du Sénégal et de la Gambie. Ils sont constitués de cercles de pierre faits de roches volcaniques ou de concrétions latéritiques ; et dont leur construction fait montre d’une grande technicité de nos ancêtres.

 

Eiffage Sénégal a développé une politique, reconnue, de soutien aux évènements culturels et aux actions de préservation du patrimoine. 

Ce qui a motivé notre participation à cette première expédition dont l’objectif visé était d’impliquer les populations locales de manière inclusive au développement du tourisme frontalier.

 

Nous tenons à remercier pour leur implication sérieuse les ministres sénégalais et gambien de la culture, M. Graziano Tevere qui a porté ce projet et M. Hamady Bocoum, Directeur du musée des civilisations noires, représenté par M. Aimé Kantoussain, M Hassoum Ceesay superviseur du Musée national de la Gambie.

Conclusions

 

Cela a été une gigantesque surprise de prendre connaissance de cette énorme richesse patrimoniale située entre le Sénégal et la Gambie.

La première constatation a été que ce patrimoine n'a tenu compte en aucun cas des frontières érigées par les hommes. Il s'étend avec indifférence d'un côté et de l'autre de la frontière. Ma lecture de ce phénomène, je la livrerai in fine.

Faisaient partie de cette expédition : un archéologue Aimé Kantoussan, pour nous témoigner de l'histoire et de la partie visible de ce patrimoine, mais cela n'était pas suffisant, il m'a paru indispensable de compléter cette visite par la recherche du patrimoine invisible de la terre et des airs.

Je dis invisible mais tangible, par des personnes possédant les outils nécessaires. Un géobiologue, Serge Fleury, est capable de détecter les courants telluriques divers, il n'y a pas que le magnétisme terrestre qui influence la boussole. Ces courants énergétiques sont aussi présents dans l'air. Nous avions avec nous la personne capable de les détecter, une guérisseuse pranique, Aurélie Berruel.

Nous avons donc utilisé l'approche méthodologique suivante : l'archéologue nous a présenté les sites à la lumière des études et recherches effectuées, tandis que Serge et Aurélie faisaient leurs investigations indépendamment l'un de l'autre. Après les enseignements d'Aimé, nous étions prêts à entendre Serge et Aurélie.

Le site de Wanar a été présenté par Aimé comme un site où ont été retrouvés des squelettes avec des pointes de flèches. Ces découvertes témoignent de la tenue de sacrifices humains. Serge est revenu vers nous avec les indications de son pendule qui tournait dans le mauvais sens, donc énergie négative. Aurélie nous a présenté son ressenti de la souffrance dont étaient imprégnés les lieux.

En définitive, trois lectures différentes mais allant toutes dans le même sens. En termes pratiques ce site est déconseillé à la visite touristique pure, le malaise est présent et il peut affecter négativement l'état d'esprit des éventuels visiteurs, sauf s'ils sont préparés, ou s'ils recherchent des sensations particulières.

Il n'a pas été de même pour les autres sites visités, où une bonne énergie était présente partout, je ne différencie pas les énergies da la terre et des airs, le ressenti a été partout en concordance entre les deux investigations.

A Wassu en particulier, une pierre a attiré l'attention, par sa taille et ses propriétés énergétiques.

J'ai moi-même effectué le test du toucher, qui consiste à prêter un bras tendu à une deuxième personne qui doit le faire plier avant et après avoir été en contact un certain temps avec la pierre, la résistance opposée par mon bras n'était manifestement pas la même.

Après que Serge a déterminé la trace des différents courants énergétiques au sol, trace qui suit des lignes droites, il a été force de constater que les mégalithes principaux étaient implantés aux croisements de ces lignes, là où la polarité est positive. Nos ancêtres connaissaient donc ces énergies et savaient les découvrir. Je ne m'attarde pas sur les considérations philosophiques que cela implique.

 

Ont également été découverts des cercles où l'énergie qui monte de la terre et celle qui descend du ciel se rencontrent au centre, pour former ce qu'on appelle une cheminée tellurique, lieu où on peut se recharger énergétiquement.

L'existence de ces phénomènes a été évidente tout au long de la visite.

En première conclusion, je dirais que ces cercles mégalithiques, en dehors de l'intérêt historique et archéologique, nous montrent les connaissances étendues de nos ancêtres, qui nous ouvrent une somme importante d'univers de recherche.

Ces sites nous offrent un ensemble de lieux où il est possible, en plus de s'instruire, de trouver des endroits propres à la méditation, des retraites spirituelles, de reconstructions énergétiques, et tout un ensemble d'activités que seule une investigation plus approfondie peut mettre en évidence.

Ils sont donc une ressource inestimable pour le tourisme.

J'en viens maintenant à ma lecture finale de ce phénomène, ils ont éliminé les frontières entre le Sénégal et la Gambie.

Ils nous ont démontré que l'homme est "un" et ils nous donnent la marche à suivre.

Mettons en place un passeport culturel entre le Sénégal et la Gambie, éliminons ces frontières qui sont venues après les mégalithes, pour que les hommes qui veulent s'instruire puissent mieux comprendre ce qui nous unit plutôt que ce qui nous sépare.

Graziano TEVERE

Président

 

L'Aventure Culturelle et Sportive S.A.S.

B.P. 24358 Ouakam Dakar Sénégal

 

 

Email   lacs@gmail.com

Tél      +221 78 304 56 19 / Tél     +33 6 84 26 49 54